Oui. Mes enfants regardent la télé.

Le 25 décembre 1952, juste à temps pour Noël, le coup d’envoi d’une émission de télévision régulière pour la RFA est donné. Au début, la nouvelle technologie n’a atteint que quelques-uns. Au plus tard, la retransmission de la finale de la Coupe du monde de football de Berne a été un grand moment de l’histoire de la télévision et en 1956, un demi-million de téléspectateurs pouvaient déjà recevoir le programme.

Le programme pour enfants des années 80 – Mémoires
Dans mon enfance, nous avions un très petit téléviseur. Et jusqu’à ce que je déménage au tournant du millénaire, il n’y avait que 4 programmes : ARD, ZDF, B3 et MDR (on pouvait voir les Ost-Sandmännchen chaque soir !). Au milieu des années 80, beaucoup de mes amis se sont branchés au câble, pas nous. Notre consommation de télévision a été fortement limitée par les parents et nous avons choisi à l’avance ce que nous pouvions voir.

Les programmes que j’aime me rappeler sont Dandelion, The Mouse Show, A Home for Animals, Alice au pays des merveilles, Nils Holgersson, Pipi Longstocking et d’autres films d’Astrid Lindgren, Maya the Bee, The Smurfs, Pumuckl, la série japonaise Tao Tao, Heidi et le spectacle scientifique Es War einmal ?

Et chaque année, j’attendais avec impatience la série de Noël.
Il fallait toujours attendre une semaine pour la suite de la série et une fois le spectacle terminé, il était temps de s’éteindre dans l’esprit de Peter Lustig.
Surtout en été, la télévision était très rarement allumée. Puis nous sommes sortis, sommes tombés d’arbres ou avons fait d’autres bêtises.

Bien sûr, parfois, j’aurais aimé regarder davantage dans la boîte à scintillement et je l’ai fait de temps en temps secrètement. Surtout quand j’étais jeune – le choix des programmes était déjà plus vaste, ceux que mes parents n’aimaient pas étaient bien sûr attrayants.

Mes enfants et la télévision
La grande fille a été autorisée à regarder un DVD pour la première fois à l’âge de deux ans : Les taches d’étoiles et de souris de Laura, quand j’étais enceinte de celle du milieu. Elle était très attachée par la boîte à scintillement et il fallait savoir combien de temps il fallait pour la regarder. Enceinte et fatiguée, j’ai dû céder à l’envie d’utiliser la télé comme baby-sitter.

Celle du milieu était là depuis le début quand la télé était allumée. Mais ça ne m’intéresse pas du tout. C’est souvent le cas aujourd’hui. Si le film n’est pas assez excitant, elle se lève et part.

Les plus jeunes pouvaient regarder tout le temps. Mais elle ne peut pas. C’est pourquoi il y a des crises de colère de temps en temps. Ici, cela signifie rester dur.

C’est juste qu’au cours des trois dernières années, depuis que la grande est à l’école, elle veut regarder la télévision :
“Maman, je peux regarder la télé ? Je m’ennuie.”
“Qu’aimeriez-vous regarder ?”
“Je ne sais pas, na KiKa halte.”
Mais comme chaque fois qu’un programme de haute qualité (à mon avis, les enfants le voient différemment) ne fonctionne pas, un DVD est quand même sorti du tiroir, une heure est convenue et la minuterie (la télévision sort alors seule) est réglée.

Changer le comportement des téléspectateurs grâce aux services de streaming
Depuis que nous avons un compte chez le fournisseur de streaming Netflix, la télévision fonctionne très différemment :
“Maman, je peux regarder Netflix ? J’ai vu qu’il y avait les Schtroumpfs.” (K1)
“Je peux regarder Pepa Wutz ?” (K2+3)
Partez, je contrôle le tout par téléphone et décide quand c’est fini. Vous pourrez regarder plus tard exactement où vous l’avez laissé la dernière fois.